METEOBLUE PRÉVISION THERMIQUE
MODE D’EMPLOI

Conditions de surface

Tous les diagrammes montrent des données horaires pour St Hilaire sur 3 jours. Les zones jaunes indiquent la période du lever au coucher du soleil.

  • Température à 2 m et point de rosée à 2 m :
    Cela équivaut à des mesures à 2 mètres au-dessus du sol. La température du point de rosée de 2 m indique la quantité d’eau dans l’air au niveau du sol, d’où les thermiques potentiels pourraient déclencher. Une plus grande différence entre la température et le point de rosée signifie moins d’humidité et donc une base de nuages plus élevée.
  • Précipitations :
    Précipitations totales (pluie, convection et neige) au pluviomètre millimétrique. Comme il faut beaucoup de chaleur pour évaporer l’eau, le sol humide chauffe plus lentement et est donc moins favorable aux thermiques que le sol sec. De plus, les thermiques démarrent plus tôt dans des conditions sèches, quand aucune précipitation ne s’est produite auparavant.
  • Vent de 10m et vent de 80m :
    Vitesse du vent à 10 et 80 mètres au-dessus du sol en kilomètres par heure. Les thermiques se développent dans des conditions calmes ou avec un vent léger et variable. Cependant, avec 10 à 20 km / h de vent, les thermiques tendent à être mieux organisés. Des vents plus forts signifient généralement aussi plus de vent au-dessus, ce qui pourrait produire un cisaillement du vent, détruisant les thermiques. Regardez le diagramme de cisaillement du vent.

Indices de stabilité

Les indices de stabilité ne doivent pas être compris comme un résumé des conditions thermiques. Différents indices de stabilité se contredisent souvent et peuvent au mieux fournir des informations supplémentaires sur certains aspects des conditions de vol en thermique. Malheureusement, il n’y a pas d’indice unique qui résume les conditions de vol en thermique, donc la consultation des diagrammes de gradient adiabatique et de cisaillement du vent présentés ci-dessous fournit une image beaucoup plus précise et concluante. Tous les indices indiqués sont mis à l’échelle pour qu’ils s’adaptent à 4 sections : médiocre, correct, bon et excellent. Tous les indices ne sont pas fiables dans toutes les conditions météorologiques ou régions géographiques. Par exemple, dans les climats secs, le CAPE et le Lifted-index sous-estiment les conditions de vol thermique, en raison de la faible humidité de l’atmosphère. En revanche, surtout en hiver avec de l’air sec, le soaring-index peut être très élevé, même si les conditions sont très mauvaises.

  • Résumé quotidien des conditions de vol en thermique (ThrHGT) :
    Pour chaque jour on indique les hauteurs maximales des thermiques secs ainsi que la hauteur de vol maximale prévue pour un planeur. Les hauteurs sont en mètres au-dessus du niveau du sol (pas au-dessus du niveau de la mer). Une valeur de 0 m indique que les thermiques secs ne seront pas suffisants pour un planeur. De plus, les prévisions de l’indice thermique (TI) sont calculées pour 700, 800, 850 et 900 hPa (mb).
    Plus l’indice thermique est négatif, plus les thermiques prévus seront forts :

 

Thermal-Index Thermiques attendus
-10 ou -8 Très bon indice ascendant et longue journée de vol à voile. Les thermiques sont assez solides pour tenir même avec du vent
-3 Très bonne chance que les planeurs atteignent l’altitude de cette différence de température.
-2 à 0 Un planeur ne pourra probablement pas atteindre la hauteur de vol prévue.
Au-dessus de 0 Peu susceptible d’atteindre la hauteur thermique ou de soaring indiquée.

N’oubliez pas que le TI est une valeur prévisionnelle. Un manque dans le maximum prévu ou un changement de température en altitude peut altérer considérablement la prévision.

 

  • Vitesse des courants ascendants en m/s :
    Estimation de la puissance maximale des thermiques uniquement déterminée par les conditions de surface (chaleur, humidité et rayonnement solaire). Les ascendances causées par le vent ne sont pas prises en compte (Relief, convergence, etc.).
    Minimum 1,5 m/s, bon 2 m/s, excellent > 2,5 m/s.
  • Soaring-Index :
    C’est une mesure de la stabilité tenant compte de la température et de l’humidité entre 700 et 850 hPa. Sachez que les valeurs du soaring-index peuvent changer considérablement pendant l’été sur de courtes périodes en raison de l’advection de la température et de l’humidité. En hiver, lorsque les températures sont très froides, les degrés d’humidité sont très faibles. Ainsi, même si l’indice de soaring est assez élevé, cela ne signifie pas que les conditions sont favorables aux orages en raison du manque d’humidité. L’indice ne donne aucune donnée fiable si la limite de la couche de convection se situe en dessous de 700 hpa.
Soaring-Index          Conditions de vol thermique
En dessous de -10  

thermiques faibles ou nuls

-10 à 5  

thermiques secs ou 1/8 cumulus avec des thermiques modérés

5 à 15  

bonnes conditions de vol

15 à 20  

bonnes conditions de vol avec averses occasionnelles

20 à 30  

excellentes conditions de vol, mais augmentation de la probabilité d’averses et d’orage

Au-dessus de 30  

plus de 60% de probabilité d’orages

     
  • Lifted-Index (LI) :
    C’est une autre mesure de l’instabilité (valeurs négatives) ou de la stabilité (valeurs positives). Sachez que des valeurs fortement négatives indiquent d’excellentes conditions de vol, mais que des orages violents sont probables et pourraient être très dangereux.
Lifted-Index     

Conditions de vol thermique

6 ou plus  

Conditions très stables

2 à 6     

Conditions stables. Les orages sont peu probables

0 à 2     

Averses probables. Possibilité d’orages isolés

0 à -3  

Légèrement instable. Orages possibles, avec ascendances (c.-à-d. Front froid, réchauffement d’iurne, …)

-6 à -6  

Instable, orages probables, grosses ascendances.

En dessous de -6  

Très instables, orages violents probables avec ascendances.

     
  • CAPE (J/kg) :
    L’énergie convective potentielle disponible est une mesure de la stabilité atmosphérique affectant la formation de nuages convectifs intenses au-dessus de la couche limite. Des valeurs plus élevées indiquent des vitesses de courant ascendant plus élevées et un plus grand potentiel de développement d’orage. Des valeurs autour ou supérieures à 1000 suggèrent la possibilité de phénomènes météorologiques violents si une activité convective se développait.

Gradients adiabatiques / humidité / nuages

Ce graphique montre un profil atmosphérique d’heures en heures et c’est le diagramme le plus important pour estimer les conditions de vol et les thermiques. Il donne un aperçu de la stabilité thermodynamique et des nuages. Le bas du diagramme correspond aux prévisions du modèle au niveau du sol, ce qui peut différer considérablement en fonction de la hauteur réelle de l’emplacement sur un terrain complexe. Toutes les échelles de couleurs sont fixes pour comparer les prévisions à différents endroits et différents moments. Ce diagramme peut être saturé d’informations et devenir ainsi très difficile à lire, mais c’est une bonne chose car en règle générale : « Plus il est difficile à lire, plus les conditions de vol thermique sont mauvaises ! » Ce que vous recherchez, ce sont de belles zones dégagées bleue foncées avec des barbules en altitude, avec une hauteur de PBL élevée et peut-être de petits cums convectifs se développant au-dessus de ces barbules dans l’après-midi, comme indiqué dans l’image ci-dessous.

 

 

Ceci est un exemple d’excellentes conditions de vol à voile car elles se produisent fréquemment à Bitterwasser (Namibie), l’un des meilleurs spots de vol à voile du monde. De telles conditions ne se produiront jamais dans la plupart des endroits, mais vous pouvez trouver des modèles similaires atteignant des altitudes plus basses les bons jours presque partout.

 

 

  • Le gradient adiabatique est mesuré en degrés kelvin par 100 m de dénivelé. La valeur exacte est affichée par des chiffres blancs sur les lignes de contour.
    Les inversions (conditions très stables) ont des valeurs positives et sont colorées de jaune à rouge.
    La zone allant du vert au bleu correspond aux conditions atmosphériques standard.
    Des zones bleues plus foncées indiquent des conditions favorables aux courants ascendants.
    Les zones violettes indiquent des conditions sèches et instables qui ne peuvent exister que près du sol ou pendant de très courtes périodes dans l’atmosphère. Cela ferait même voler des pierres !
    L’instabilité de la surface jusqu’à 200 mètres au-dessus du sol n’est généralement pas représentée.
    Remarque importante : Le gradient adiabatique est une moyenne dépendant du mélange des courants d’air ascendants et descendants. En situation réelle, le gradient adiabatique peut être beaucoup plus faible.
  • Humidité relative (fines lignes colorées) :
    Les nuages convectifs se développent plus probablement dans l’air humide.
  • Nuages convectifs (zone d’astérisques) :
    Lorsque les nuages convectifs commencent à se développer, les ascendances thermiques sont au maximum et la recherche de thermiques est grandement simplifiée. Les thermiques sont sous les cumulus en développement. La base des nuages convectifs est indiquée par une ligne noire épaisse. Les cumulus et cumulonimbus dominants ont des courants ascendants très forts et peuvent donc devenir très dangereux.
  • Couverture nuageuse (zones hachurées) :
    À moins qu’une zone hachurée ne soit également marquée d’astérisques (nuages convectifs), ces nuages ne sont pas bons pour les courants ascendants et, en raison de leur ombre, réduisent fortement tout développement potentiel de courants ascendants.
  • Hauteur PBL (ligne blanche épaisse) :
    L’altitude de la couche limite planétaire est la hauteur moyenne qu’une parcelle d’air de surface peut atteindre verticalement. La flottabilité et le vent (mélange mécanique) affectent cette hauteur. Le mélange dû aux nuages convectifs n’est pas pris en compte.

Vent horizontal / température / cisaillement vertical du vent

Les conditions de vent en altitude pour les prochains jours sont affichées ici. Les cisaillements de vent forts sont dangereux et doivent être évités. Des cisaillements de vent déjà faibles perturbent les courants thermiques. Les échelles de couleurs sont également fixes.

 

  • Vitesse du vent (fond coloré) :
    Le violet et le bleu foncé représentent des vents calmes. Les chiffres blancs indiquent la vitesse réelle en kilomètres par heure. Les flèches de vent indiquent la direction horizontale du vent et non les courants ascendants ou descendants. Une flèche pointant vers le bas montre un vent du nord se dirigeant vers le sud.
  • Lignes de température (fines lignes colorées) :
    De petits nombres colorés montrent le profil de température au fil du temps. La hauteur de l’isotherme (0 ° C) est indiquée par une ligne noire épaisse.
  • Cisaillement du vent (lignes colorées épaisses) :
    Le cisaillement du vent peut fortement désorganiser les thermiques. Les gros thermiques sont plus résistants au cisaillement du vent que les plus petits. Généralement, un cisaillement de 2 km/h/100 m déforme les thermiques de sorte qu’ils sont difficiles à utiliser. Surtout pour les valeurs élevées, le cisaillement du vent réel peut être beaucoup plus fort que celui indiqué. Les valeurs prévues représentent des valeurs moyennes horaires ne prenant pas en compte les rafales de vent.

Pin It on Pinterest

Share This